logog logo logod
  Créer un compte  -  S‘identifier Accueil .:.  Stats .:.  Liens web .:. Contact .:.  Livre d’or lundi 23 octobre 2017 - 17:02
MENU GENERAL 

LE VILLAGE 

Informations Mairie :


UN PEU D'HISTOIRE 

LES ARTICLES 

GALERIE PHOTOS 

PHOTOS ALEATOIRES 
Total : 94 photos

En allant au Chambonnet
mini_177_img_0204.jpg

Accédez à la Galerie
(Clins d'oeil)

Index des articles > LE PASSE > Menhirs, dolmens et tumulus


Menhirs, dolmens et tumulus 

Article posté par Ψvr2909.
Paru le mercredi 24 février 2010 à 13:09
Vu 1548 fois.

Menhirs, dolmens et tumulus



Menhirs, dolmens innombrables voisinent avec des constructions énigmatiques qui caractérisent les crêtes des Cévennes schisteuses ou les carrefours de vallées profondes.
De plus en plus, il est possible de partir à la découverte de ces émouvants vestiges.
Pour cela, vous pouvez découvrir notamment la grotte de la Cocalière, ou le musée Préhistorama.

Plus près de chez nous, vous trouverez à quelques kilomètres de Peyremale :


A BORDEZAC, le dolmen :

Le dolmen de Bordezac (ou Dolmen Chams) est couvert par une pierre de faîte de 10 tonnes en schiste.

Les dolmens sont connus comme étant de très anciennes sépultures collectives en même temps que des lieux de culte à la mémoire des ancêtres.
Ces constructions sont généralement composées d'une grande table rocheuse posée sur deux supports latéraux, l'espace situé entre ces 2 supports étant la chambre funéraire.

Ici nous avons certes une belle table rocheuse mais elle repose sur un mur construit en arrondi, recouvert de terre sur la façade extérieure.
Ceci invite les spécialistes à émettre différentes hypothèses :
Certains pensent que les bâtisseurs de dolmen ont développé ici une technique de construction différente ; d'autres affirment que le dolmen initial a été réaménagé plus tard en abri de berger ; enfin d'autres encore ne voient pas là un dolmen mais un rocher propice à créer un petit habitat.

Quoiqu'il en soit, véritable dolmen ou abri, cet édifice témoigne d'une présence humaine très ancienne en ces lieux, bien antérieure à notre ère (- 4200 à - 3800).


Au CHAMBON, le Tumulus de l'Elzière :

NOTA : Le mot latin tumulus désigne une éminence artificielle, circulaire ou non, recouvrant une sépulture. On emploie aussi parfois le mot « tertre ».

Cet énorme agencement de pierres datant probablement de la fin de l'âge de bronze, début de l'âge de fer, a servi de sépulture pendant plusieurs périodes de notre ère.

Ce tumulus est implanté dans la partie Est des Cévennes cristallines, près du hameau de Dieusses, à plus de 600 m d'altitude sur l'un des sommets de la ligne de crête qui sépare les vallées du Luech et de l'Homol, celui de l'Elzière.
Large de vingt mètres de diamètre, haut de trois mètres environ, remarquable par sa construction
en gradins, il n'a pas d'équivalent dans cette partie des Cévennes.
La chambre funéraire, sans doute d'incinération, est constituée par un caisson de pierres de schiste (de toutes dimension posées à plat en maçonnerie sèche) formé de deux dalles verticales, situé au centre du Tumulus.
C'est près de ce caisson qu'ont été trouvés de nombreux tessons de poterie, quelques éléments de bronze et une pointe de flèche en silex, d'une époque bien antérieure aux restes de ces éléments.


A SENECHAS, le menhir :

Aux détours des sentiers de randonnée, vous rencontrerez à Sénéchas des vestiges du passé :
un fourmillement de gravures rupestres, des cupules (on dénombre une cinquantaine de rochers gravés) et, un menhir.

A proximité du menhir de Sénéchas, fut trouvé dans les fondements d'une maison, une hache en pierre polie. Plusieurs monnaies romaines ont été trouvées sur le plateau de Sénéchas.

En bordure de la Cèze, il y a une roche avec des signes curieux qui semblent être un début de système d'expression : il s'agit du site énigmatique "Sauto-Cabro".
Celui-ci est entouré de plus de soixante escaliers et marches et comporte une allée couverte de soixante dix mètres de long, 3 bassins qui recueillent les eaux d'infiltration et les descendent directement dans la rivière et une caverne artificielle de 80 mètres de long à hauteur d'homme.
Pour certains, il s'agirait d'un site fait pour des processions, des défilés...
Mais le mystère reste entier d'autant plus que le lieu a été en partie englouti par la retenue des eaux du barrage de Sénéchas (notamment le pont de SAUTRO CABRO).




Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/114/sda/4/3/peyremale.village/kwsphp_v1.6.835/kwsphp_v1.6.835/includes/commentaires.php on line 37
 

Pas de commentaires


Poster un commentaire 
Image Seuls les membres peuvent poster des commentaires. Image
S'identifier - S'enregistrer

- Peyremale Village - Site réalisé par V.R. avec KwsPHP -
Toute reproduction ou diffusion du contenu du site est interdite sans autorisation de son auteur.
(Pour une parfaite lisibilité, nous vous recommandons une résolution d'écran de 1280 par 768 pixels)